Amour – Humour.com

  depuis Sept. 2011      

Recherche personnalisée
Avant de se lancer La Vie de Couple Parents et Enfants  Tout a une fin Un peu de Psycho Mœurs exotiques Quelques textes
 

Plan du site

Vos commentaires

Accueil  

Qu'est-ce que l'amour 

Le coup de foudre  

Plein de trucs pour draguer L'art de séduire

Sexe sans frontière

Qui porte la culotte ? 

Lire avec un vibromasseur

Comment en finir ?  

Sous vêtements F  /H 

Le corps et ses parties

Bad Sex et autres...

La sociologie du dragueur Midinettes et autres ravissantes

Psychologies comparées

Quelques vues de la vie... 

Mœurs exotiques 

Burqa ou burqa pas ?

Jalousies 

Les conflits

Quand le temps passe

Les seins et  l'allaitement

A la plage  

Bonnes pages 

La sexualité au Moyen-Age

Un peu d'histoire : 1950-2013

Tous à/au Poil !

Chez le gynécologue

Citations et Blagues

Tous les autres sujets 

en bas de page

Écrivez-moi

Le Forum

Sites amis

Mariage et Religion 

Atelier d'écriture

 Bien choisir son portable 

Tout pas cher

Liens/Nos partenaires

compteur :

Google Analytic

Amour-Humour


 

 

 

Qu'est-ce que l'amour ?

L'amour, c'est offrir quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas, disait Lacan, plagiant Platon... 

Edouard Pailleron : L'amour ? Des grands mots avant, des petits mots pendant et des gros mots après .

 

 

Définitions par des enfants...

C'est ton amoureux Léonard ?

Selon Julian Barnes

Préparatifs   

Composition de Philo 

Un peu d'histoire

 

Définitions par des enfants...

Regardez ce cadre animé, il y a beaucoup à apprendre !

Tiré de http://i29.tinypic.com/2075pox.jpg 

 

3 ANS ET DES BISOUS 

- et alors c'est ton amoureux Léonard ? - Nan c'est mon copain - mais tu l'aimes bien alors quand même ? - ça veut dire quoi aimer maman ? - ça veut dire qu'on se serre très fort et qu'on aime bien être ensemble. Moi je te serre très fort tous les jours, je t'aime jusqu'aux étoiles tu sais ! - ah oui. Et moi je t'aime jusqu'à la folie !

facebook.com/crayon.dhumeur/

Vos commentaires

Selon Julian Barnes

 ... Y a-t-il des tribus dont le vocabulaire ne contient pas les mots < Je t'aime>? Ou ont-elles toutes disparu?
           Nous devons garder ces mots dans une boîte derrière une vitre. Et lorsque nous les sortons, nous devons les ménager. Les hommes diront: < Je t'aime >, afin de coucher avec une femme; les femmes diront < Je t'aime> pour inciter un homme à les épouser; les uns et les autres diront < Je t'aime> pour maintenir la peur à distance, pour se convaincre de la réalité du fait par le mot lui-même, pour s'assurer que la condition promise est arrivée, pour se convaincre que ce n'est pas encore fini. Nous devons faire attention à de tels usages. < Je t'aime >, cette expression ne devrait pas faire son chemin dans le monde comme une monnaie, comme des actions, elle ne devrait pas nous rapporter des dividendes. C'est ce qu'elle fera si nous la laissons divaguer. Pour moi, il faut garder cette phrase docile pour la murmurer au creux d'une nuque dont les cheveux viennent d'être relevés.          ... ...
   Nous devons être pointilleux avec l'amour, avec son langage et ses gestes. S'il doit nous sauver, nous devons y regarder d'aussi près que nous devrions apprendre à le faire pour la mort. Est-ce que l'amour devrait être enseigné à l'école? Premier trimestre: amitié; deuxième trimestre: tendresse; troisième trimestre: passion. Pourquoi pas? On apprend à nos enfants à cuisiner, à réparer les voitures, à baiser sans faire de gosses. Et ils sont, nous le supposons, bien meilleurs pour tout ça que nous autres ; mais à quoi ça peut-il leur servir s'ils ne savent rien à propos de l'amour? On espère qu'ils se tireront d'affaire tout seuls. La nature, suppose-t-on, devrait les prendre en charge comme le pilote automatique dans un avion. Pourtant la nature, sur qui nous rejetons la responsabilité concernant tout ce qu'on ne peut pas comprendre, n'est guère experte lorsqu'il s'agit d'automatismes. Des couples réellement vierges, liés soudain par le mariage, ne trouvent jamais que la nature leur fournit toutes les réponses au moment où ils éteignent la lumière. A ces deux-là, on avait dit que l'amour était la terre promise, une arche sur laquelle on pouvait, à deux, échapper au déluge. C'est peut-être une arche, mais une arche sur laquelle l'anthropophagie est assez répandue, une arche commandée par une vieille barbe un peu folle, qui vous donne des coups sur la tête avec sa canne en bois de gopher* et qui peut vous jeter par-dessus bord à n'importe quel moment. 
   Commençons par le commencement. amour vous rend-il heureux? Non. L'amour rend-il heureux la personne que vous aimez? Non. Est-ce que l'amour arrange absolument tout? Évidemment non. Je croyais tout cela, autrefois, bien sûr. Qui n'y a pas cru (qui n'y croit pas encore quelque part tout au fond de la cale de la psyché?) On le répète dans tous nos livres, dans tous nos films, c'est l'apothéose de milliers d'histoires. A quoi pourrait bien servir l'amour s'il ne résolvait pas tout? Sûrement nous pouvons déduire de la force même de nos aspirations que l'amour, une fois réalisé, allège les douleurs quotidiennes, fournit un analgésique facile.
              Si un couple s'aime, mais n'est pas heureux, que faut-il en conclure? Que l'un des deux amoureux n'aime pas réellement l'autre, qu'ils s'aiment, certes, mais pas suffisamment? Je conteste ce < réellement> et aussi ce < suffisamment >. J'ai aimé deux fois dans ma vie (ce qui me semble beaucoup à mon avis), une fois d'un amour partagé, une autre fois d'un amour malheureux. Ce fut l'amour malheureux qui m'enseigna la plupart de ce que je sais sur la nature de l'amour - mais pas sur le moment, seulement bien des années plus tard. Les dates et les détails, vous les choisirez selon vos goûts. Mais j'aimais et j'étais aimé pendant longtemps, pendant de nombreuses années. Tout d'abord, j'étais effrontément heureux, insupportable de joie égoïste; cependant, ensuite, la plupart du temps, j'étais bizarrement, désagréablement malheureux. Est-ce que je ne l'aimais pas assez? Je sais bien que ce n'était pas le cas - j'avais renoncé à la moitié de mon avenir pour elle. Ne m'aimait-elle pas assez? Je sais bien sûr qu'il n'en était rien - elle avait renoncé à la moitié de son passé pour moi. Nous avons vécu côte à côte durant de nombreuses années, nous énervant de ne pas trouver ce qui n'allait pas dans l'équation que nous avions inventée. L'amour partagé n'amène pas forcément le bonheur. Avec entêtement, nous voulions qu'il en soit ainsi.
              Plus tard, je vis exactement ce que je croyais à propos de l'amour. Nous pensons qu'il s'agit d'une force active. Mon amour la rend heureuse, son amour me rend heureux: comment cela pourrait-il être faux? C'est faux. Ça renvoie à une construction conceptuelle erronée. Ça sous-entend que l'amour est une baguette magique, qu'il va démêler l'écheveau, remplir le chapeau haut de forme de foulards colorés, faire envoler les colombes. Pourtant sa structure n'est pas magique mais physique. Mon amour ne peut pas, ne peut absolument pas le rendre heureuse, mon amour peut seulement libérer en elle sa capacité d'être heureuse. ... Maintenant les choses apparaissent plus claires. Comment se fait-il que je ne puisse la rendre heureuse, qu'elle ne puisse me rendre heureux? Extrêmement simple: la réaction atomique que vous attendiez n'a pas eu lieu, le faisceau destiné à bombarder les particules ne se trouvait pas sur la bonne longueur d'onde.
    Mais l'amour n'est pas une bombe atomique, ... ...
    <Nous devons nous aimer ou mourir>, a écrÏt W.H. Auden, attirant le commentaire suivant d'E.M. Forster: <Parce qu'il a écrit "Nous devons nous aimer ou mourir ", il peut m'ordonner de le suivre.> Auden, cependant, n'était pas content de ce vers célèbre écrit < le 1er septembre 1939 >. < C'est un sacré mensonge, commenta-t-il. Nous mourrons de toute façon. > Aussi, lors d'une réédition du poème, il changea ce vers pour celui-ci, plus logique: <Nous devons nous aimer et mourir.> Puis, finalement, il le supprima totalement. 
    Ce changement de < ou > en < et > est l'une des plus célèbres corrections de toute l'histoire de la poésie. ... ... < Nous devons nous aimer et mourir> met certainement la logique de son côté; [mais] c'est à peu près aussi intéressant concernant la condition humaine et aussi frappant que <Nous devons écouter la radio et mourir> ... Il y a également une logique, et combien plus persuasive, si l'on garde la conjonction <ou> dans le vers. ...  : <Nous devons nous aimer parce que, si nous ne le faisons pas, si l'amour n'alimente pas nos vies, alors nous pouvons tout aussi bien être morts>. Cela n'est certainement pas un <sacré mensonge> de proclamer que ceux qui obtiennent leurs satisfactions les plus profondes d'autres choses que de l'amour vivent des existences vides et ressemblent à des crabes qui marchent d'un air fanfaron au fond de la mer, dans une coquille d'emprunt.
   Nous avançons là en terrain difficile. Nous devons être pointilleux, ne pas nous laisser aller à la sentimentalité. Si nous devons placer l'amour en face de concepts

 aussi puissants et compliqués que pouvoir, argent, histoire et mort, il ne nous faut pas nous retrancher derrière une imprécision dédaigneuse et une superbe autosatisfaction. ... L'amour peut-il ou ne peut-il pas amener le bonheur? Qu'il en soit ainsi ou non, son effet essentiel, capital est d'augmenter le taux d'énergie. Avez-vous jamais parlé aussi bien, avez-vous jamais dormi aussi peu, avez- vous jamais fait si souvent l'amour que lorsque vous êtes amoureux pour la première fois? Les plus anémiés se mettent à étinceler, tandis que les bien-portants deviennent intolérables. Ensuite, l'amour vous donne une assurance qui vous fait redresser le dos. Vous sentez que vous vous tenez droit pour la première fois de votre vie, vous pouvez faire n'importe quoi tant que dure cette impression, vous pouvez affronter le monde dans sa totalité. (Pouvons-nous faire ici une certaine distinction? L' amour renforce la confiance en soi alors que les conquêtes sexuelles ne font qu'exalter l'ego.) L'amour rend aussi les choses bien plus claires, c'est une sorte d' essuie-glaces qui fonctionne directement sur nos globes oculaires. Aviez-vous jamais vu les choses aussi clairement que lorsque vous avez été amoureux pour la première fois ?

Julian Barnes - Une histoire du monde en 10 chapitre 1/2 - Ed. Stock, 1989, p. 304 et s.

* Bois ancien utilisé dans l'Antiquité. Cette essence a servi, selon la Bible, pour la construction de l'arche de Noé. Fais-toi une arche de bois de gopher. Tu feras l’arche avec des loges, et tu l’enduiras de poix en dedans et en dehors. (La Bible, Genèse chap. 6, vers. 14, traduction Darby)

Vos commentaires

Préparatifs

Elle sortit, revint avec un foulard de soie rouge dont elle entoura l'abat-jour. Montée sur un fauteuil, elle regarda autour d'elle, fut soulagée. La lumière était bonne maintenant, mystérieuse et douce. De nouveau assise, elle consulta sa glace, s'y aima. Le nouvel éclairage avait supprimé la rougeur du visage, pur et pâle maintenant, du jade. Oui, très bien, ça faisait clair-obscur mystérieux et Léonard de Vinci.

 Huit heures quarante. Dans vingt minutes, murmura-t-elle, le souffle court d'émoi. Est-ce qu'il ne pourrait pas venir un peu en avance, ce type? Elle était si parfaite en ce moment. Fumer une cigarette pour se calmer? Non, risque de ternissement des dents. Et puis pour les baisers fruits fallait pas sentir le tabac. A propos, lorsqu'il sonnerait, vite manger un ou deux grains de raisin avant d'aller ouvrir, un ou deux pour que bouche savoureuse, indispensable vu les souterrains.

 Et même quand il sera là, en prendre subrepticement un ou deux, de temps en temps, sans qu'il s'en aperçoive, ou en tout cas censément distraitement, en réalité pour renouveler la fraîcheur. Mesquin, bien sûr, mais quoi, je suis une femme, je suis réaliste, c'est indispensable qu'il trouve un plaisir sans mélange à la chose. Or, j'ai la bouche un peu sèche parce que je suis émue. Le frais du raisin, il croira que ça vient de moi, une fraîcheur inouïe naturelle. C'est comme ça, il faut faire attention à tout.

 Les boîtes de cigarettes toutes ainsi fermées, ça faisait magasin. Toutes ouvertes, ce serait trop, évidemment, mais en ouvrir seulement deux, ça irait, ça ne ferait pas obséquieux.

 Voilà, oui, très bien, ça faisait plus vivant, plus intime. Maintenant, problème important. Comment l'accueillir lorsqu'il arriverait? L'attendre sur le seuil, à l'entrée? Non, trop empressé et faisant boniche. Attendre la sonnerie de la porte et aller lui ouvrir? Oui, mais quoi après? Elle se leva, se dirigea une fois de plus vers la psyché, lui tendit la main avec un sourire mondain.

- Bonsoir, comment allez-vous? demanda-t-elle de son ton le plus guttural et aristocratique.

Non, ça faisait cheftaine énergique. De plus, ça manquait de poésie, ce «comment allez-vous». Et si elle lui disait simplement «bonsoir» en traînant sur le "oir", de manière sauvage et douce, un peu voluptueuse…

Belle du seigneur, Albert Cohen, Ed. Gallimard, page 543.

Vos commentaires

Composition de Philo

Sujet: "Abordez, de manière concise, les trois domaines suivants:

1) Religion 2) Sexualité 3) Mystère

Une seule copie a reçu 20/20 ! La voici:

 "Mon Dieu! Je suis enceinte! Mais de qui?"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Avant de se lancer

Préliminaires... 

Qu'est-ce que l'amour 

Sexe et Net

Plein de trucs pour draguer

L'art de séduire

Sociologie du dragueur

  Midinettes et autres ravissantes

  Rudy Hickerson 

Qu'est-ce qu'il/elle lui trouve?

Le coup de foudre  

Draguer écolo

La Carte du Tendre 

Comment arriver vierge? 

Niafou et autre mauvais coup 

Le Courrier du coeur

2. La Vie de Couple

Qui porte la culotte ?

La recherche du point G 

Le Dr Aga sauve votre couple 

Quelques vues de la vie... 

Charmoz et Bosc 

Piège conjugal 

Fête des Mères 

Le mariage de Socrate

Scènes      "Chéri..."

Dans la chambre à coucher

Une femme exemplaire

Vu par Barnes

Jalousies 

"Docteur Love"

Un peu d'histoire : 1950-2013

22 Le couple etc.

Les parents !!! 

Les enfants

3. Tout a une fin!

Comment en finir ? 

Et avec l'âge

Quand le temps passe

Fins Insolites

Colette: Début et fin

4. Un peu de Psycho

Psychologies comparées

Et envisagent la vie...

Les femmes rendent-elles 

les hommes stupides ?

L'avantage  H / F

Et, au quotidien...

5. Mœurs exotiques

Sexe et Net 

Les seins et  l'allaitement  

Le corps (de la femme) 

 A la plage

Bad Sex et autres... 

Burqa ou burqa pas ?

Sous vêtements F  / H

Combien et quand ?

Lois farfelues   

Chez le gynécologue

Et le coiffeur

L'amour au travail

Le Vin et le Sexe

Problèmes logiciels

En Chine ...  

Tous à/au Poil !

Poulets, calamars, tortues.. 

La sexualité au Moyen-Age

Un peu d'histoire : 1950-2013

6. Quelques textes choisis

Quelques poèmes

Bonnes pages 

Brassens, Chabrol, Barnes, 

Lodge et les autres...  

Colette: Début et fin

Citations sur l'homme  

Correspondances codées

Sites amis

Forum - Commentaires

Les bases de la séduction

Mariage virtuel

 Fun Fou com

marieclaire.fr/

Nos Partenaires