Amour – Humour.com

  depuis Sept. 2011      

Recherche personnalisée
Avant de se lancer La Vie de Couple Parents et Enfants  Tout a une fin Un peu de Psycho Mœurs exotiques Quelques textes
 

Plan du site

Vos commentaires

Accueil  

Qu'est-ce que l'amour 

Le coup de foudre  

Plein de trucs pour draguer L'art de séduire

Sexe sans frontière

Qui porte la culotte ? 

Lire avec un vibromasseur

Comment en finir ?  

Sous vêtements F  /H 

Le corps et ses parties

Bad Sex et autres...

La sociologie du dragueur Midinettes et autres ravissantes

Psychologies comparées

Quelques vues de la vie... 

Mœurs exotiques 

Burqa ou burqa pas ?

Jalousies 

Les conflits

Quand le temps passe

Les seins et  l'allaitement

A la plage  

Bonnes pages 

La sexualité au Moyen-Age

Un peu d'histoire : 1950-2013

Tous à/au Poil !

Chez le gynécologue

Citations et Blagues

Tous les autres sujets 

en bas de page

Écrivez-moi

Le Forum

Sites amis

Mariage et Religion 

Atelier d'écriture

 Bien choisir son portable 

Tout pas cher

Liens/Nos partenaires

compteur :

Google Analytic

Amour-Humour


 

 

 

Allaitements "maternels": 

Délires plus ou moins religieux...                               

 

Une fatwa stipulant que les femmes doivent donner le sein aux amis de leur mari commence à être appliquée par certains Algériens. El-Watan réplique avec indignation et humour à ceux qui utilisent "l'islam pour assouvir leurs fantasmes". 

Messieurs, tétez vos collègues de bureau

 C'est au cours d'une réunion entre amis que j'ai entendu parler de cette fatwa, écrit le quotidien Asharq al-Awsat. D'abord, je me suis demandé si ce n'était pas une plaisanterie, le délire d'un fou, ou une rumeur qui, à force d'être colportée, avait fini par passer pour vraie.

Que dit cette fatwa émise par un des prélats d'AI-Azhar, le Vatican cairote de l'islam sunnite? Que si une femme donne son sein à téter à cinq reprises à un collègue mâle, elle peut partager le même bureau sans avoir à se voiler. Rien que ça! Ces tétées prodiguées à un homme adulte permettent à un couple non marié de s'iso1er sans poser de problème du point de vue de la religion, et sans interdire le mariage entre l'homme et la femme en question.

La fatwa du cheikh d'Al-Azhar a incité une cinquantaine de députés égyptiens à s'intéresser de plus près à l'affaire et à étouffer l'information de peur que la presse ne s'en empare.

Ce faisant, ils ont rendu un grand service à Al-Azhar et aux médias égyptiens, qui se sont ainsi trouvés dispensés de traiter un sujet pour eux proprement inabordable. Mais comment la presse peut-elle y échapper, alors que ladite fatwa est numéro un au box-office de l'intérêt populaire? Elle est sur toutes les lèvres, et devance tous les autres sujets de discussion sur les sites Internet arabes. Les internautes négligent les pages sur la guerre en Irak et les affrontements inter palestiniens pour se ruer en masse sur celles qui traitent de cette fatwa. Tout le monde en parle.

Ce décret religieux a été émis par le Dr Ezzat Attia, précise le site Elaph, et a déclenché un tollé à Al-Azhar. Le cheikh Tantaoui a ordonné l'arrêt de travail de l'imam et sa traduction devant un tribunal religieux. Après que l'homme eut tété, précise le site panarabe, on peut faire établir un constat signé par des témoins attestant, au nom de Dieu, qu'Une telle a donné le sein à Un tel. "Le fait qu'elle lui donne le sein est considéré comme un acte maternel qui empêcherait tout acte sexuel entre les deux."  

 

Autres points de vue

  Dans 

Le Courrier de Casablanca

  Algerie-dz

  islamla.com     

  Quotidien d'Oran 

  Memri

  Plus sérieusement   

  Arabie Saoudite: Laissez-nous conduire! 

    

     Sur le même sujet : 

      Quand la politique s'emmèle

            Allaiter au volant ?

     A Rome : La grande tétée 

     Tétonnant !    Fromage de femme    

     Et des glaces !  

    Le mystère du sein permanent 

    

 
 
Dans Le Courrier de Casablanca - 20-05-2007.
 
La "fatwa" bizzaroïde a été émise par Izzat Attiyah appartenant à l'université Al-Azhar 
réputée pour être un des temples de l'Islam sunnite. Izzat a autorisé qu'une femme allaite 
son collègue de travail à cinq reprises afin de pouvoir nouer une relation "de sein" avec lui.
Selon lui, cette solution serait en mesure de remédier à la problématique de la mixité dans 
les lieux du travail qui hante l'esprit de certaines sphères religieuses.
Cette fatwa qui s'appuie sur un hadith dont l'authenticité n'est qu'hypothétique soulève 
de vives polémiques.
Plusieurs députés égyptiens menacent de traduire l'affaire, qui risque d'avoir des 
rebondissements spectaculaires, devant le parlement égyptien.

Othmane Boumaalif  

Voir les commentaires : http://www.courriercasablanca.com/...-allaitement-de-la.html

Vos commentaires ?    

 

En Algérie

http://www.algerie-dz.com/forums/...49234

 

Égypte: une fatwa permet de téter sa collègue de bureau.  

Dans islamla.com
LE CAIRE - La fatwa de deux théologiens provoque un tollé en Egypte. Selon les deux professeurs de
l'Université d'Al-Azhar, le plus grand centre de théologie sunnite au monde, la seule façon de se retrouver seul avec une collègue de travail dans un bureau est de la téter.
L'islam interdit à une personne d'être seule dans une pièce avec une autre du sexe opposé, en dehors du mariage ou sans lien de parenté proche. Mais la femme pourrait désormais enlever son voile et être seule avec son collègue dans un bureau, à condition de l'avoir allaité à cinq reprises, en lui donnant "directement son sein", ont tenu à préciser les deux hommes.

Pour un autre théologien d'Al-Azhar, cette fatwa ne serait qu'une mauvaise interprétation d'un "cas particulier" du temps de Mahomet. Le prophète aurait en effet conseillé à une femme d'allaiter son fils adoptif, alors adulte, pour devenir ainsi sa mère de lait, après l'interdiction de l'adoption dans l'islam. Cette femme lui aurait donné à boire de son lait dans un bol et non directement de son sein, a-t-il expliqué. Commentaires : http://www.islamla.com/...=2053

Dessin : Angela Merkel et les frères Kaczynski 

Vos commentaires ?    

Haut de page

 

ISLAM • Un sein pour les amis de votre mari.

Une fatwa stipulant que les femmes doivent donner le sein aux amis de leur mari commence à être appliquée par certains Algériens. El-Watan réplique avec indignation et humour à ceux qui utilisent "l'islam pour assouvir leurs fantasmes"
Au pays des lois molles, une fatwa est en train de faire son chemin. Importée, au même titre que la semoule, elle est signée de l'ouléma égyptien Izzat Al-Attiyah et aurait commencé à être appliquée en Algérie. Sérieusement, elle explique que pendant le ramadan, l'épouse doit donner le sein à téter aux amis de son mari. Téter, oui, c'est-à-dire poser sa bouche sur le sein d'une femme pour en aspirer du lait. La vache, c'est-à-dire la femme dans ce cas, se doit d'accepter de servir de poupée gonflable lactée sous peine d'être répudiée.

Au-delà de l'absolue stupidité de cette fatwa qui en dit long sur les débats qui agitent le monde musulman, deux questions demeurent : pourquoi des adultes auraient-ils envie de téter du lait au sein d'une femme, au lieu d'en acheter chez l'épicier comme tout le monde ? Ensuite, comment un homme peut-il laisser ses amis de passage jouer avec les seins de sa femme ?

Ces questions n'ont pas de réponse, ce qui explique cet immense décalage entre les êtres humains et tous ces religieux crypto-sataniques qui utilisent l'islam pour leurs fantasmes. Al-Attiyah est-il un être normal ? A-t-il eu une mère ? A-t-il une fille ? Là aussi, peu de réponses. Mais cette fatwa est censée en compléter une autre tout aussi stupide, qui expliquait déjà que pour qu'une femme et un homme puissent travailler dans le même bureau, il faut que l'homme tète la femme cinq fois. Où va-t-on ? Nulle part. 

Devant ces pratiques alimento-sexuelles, des femmes éplorées ont contacté les autorités religieuses pour se sortir de ce nouveau traquenard. Mais de leur côté, les autorités songeraient à appliquer cette loi pour réduire les importations de lait. Placer des femmes devant les épiceries pour que les gens viennent récupérer du lait, à la bouche ou avec des jerricans. Ce n'est bien sûr pas vrai, mais il faut le savoir, aujourd'hui ils sont capables de tout. 
Chawki Amari     El Watan    (cité par www.courrierinternational.com/article...77059 )

Haut de page

Vos commentaires ?    

 

L'Institut de recherche des medias du Moyen-Orient

Enquêtes et analyses - No. 355

Mai 27, 2007    No.355

Un conférencier d'Al-Azhar suspendu après avoir émis une fatwa recommandant que les hommes soient «allaités» par leurs collègues de travail
Par L. Lavi * 

Le directeur du département du Hadith (traditions) de l'université Al-Azhar, Dr Izzat Atiyya, a dernièrement émis une fatwa controversée permettant l'allaitement d'hommes adultes dans des circonstances particulières. La fatwa décrète qu'une femme tenue de travailler en privé avec un homme qui n'est pas un parent proche - situation interdite par la loi islamique - peut résoudre le problème en allaitant son collègue, ce qui, selon la sharia, en ferait un parent proche.

Cette fatwa a provoqué une tempête de protestations en Egypte, et en particulier au sein de l'Establishment religieux. Elle a été en particulier critiquée par les Frères musulmans, qui l'ont évoquée devant le parlement, ainsi que par des intellectuels et des chroniqueurs égyptiens.

L'université Al-Azhar a formé un comité spécial chargé de débattre de cette fatwa, et sur la recommandation du comité, Dr Atiyya a été suspendu. Le ministre égyptien de l'Information a en outre ordonné de retirer de la vente le numéro de l'hebdomadaire égyptien gouvernemental Al-Watani al-Yawm, dans lequel la fatwa a été publiée.

Dr Atiyya a présenté ses excuses, déclarant que cette fatwa n'était qu'une interprétation personnelle d'un hadith, arguant que le hadith en question relatait un incident spécifique intervenu dans des conditions particulières et ne pouvait donc pas justifier la moindre généralisation. Al-Azhar a toutefois refusé d'accepter ses excuses.

Consulter le rapport en anglais sur http://memri.org/bin/latestnews.cgi?ID=IA35507.

 

Quotidien d'Oran du 22/05/2007  

Le directeur du département du Hadith d'Al-Azhar: 

L'allaitement permet à une femme de se trouver en présence d'un homme en privé.

- Al-Azhar analyse la fatwa et suspend Dr Atiyya

- Les Frères musulmans au Parlement: c'est une fatwa erronée

- Des intellectuels objectent que le Coran interdit l'allaitement d'adultes

- Un chroniqueur égyptien: cette fatwa est un signe de fossilisation intellectuelle

- Tempête au sein de l'hebdomadaire du parti au pouvoir après la publication de la fatwa

* L. Lavi est chargée de recherche au MEMRI.

Selon la fatwa de Ezzat Attia, président du département Al Hadithà Al Azhar, une femme aurait pu enlever son voile et être seule avec son collègue de travail dans un bureau, à condition de l'avoir allaité à cinq reprises, en lui donnant "directement son sein" M Attia a repris une Fatwa d'Abd El Mahdi Abd El Kader un autre théologien d'El Azhar.
Cette Fatwa, selon laquelle un homme pouvait se retrouver seul dans une pîèce avec une femme à condition de la téter, puisque l'islam interdit à une personne d'être seule dans une pièce avec une autre de sexe opposé (El khaloua), en dehors du mariage ou sans lien de parenté proche (soeur, mère, nièce, tante,...)
En raison du tollé provoqué en Égypte et dans le monde musulman, Cette fatwa a été retiré le lundi passé.
Le prophète (saws) aurait en effet conseillé à une femme d'allaiter son fils adoptif, alors adulte, pour devenir ainsi sa mère de lait. Cette femme lui aurait donné à boire de son lait dans un bol et non directement de son sein, selon Mabrouk Attia, théologien d'Al Azhar.
Cette fatwa controversée a fait scandale dans la presse égyptienne et a suscité des critiques acerbes dans les milieux religieux arabes et sur Internet.
De l'avis général qui se dégage: Cette fatwa est une mauvaise interprétation d'un cas particulier du temps du prophète.

Vos commentaires ?    

Haut de page

Plus sérieusement :  

Pour clore le débat. 22/05/2007, 10h57

Un hadith ça suffit pas ... en Islam il faut prendre tous les hadiths, tous les versets et toutes les paroles des compagnons, des savants qui ont parlé du sujet pour émettre une règle.
Traduction :
Clarification du hadith sur l'allaitement de l'adulte
Question :
Pouvez-vous s'il vous plait clarifier le hadith suivant.
D' après Aicha (qu'Allah l'agréé) Sahla bint Suhayl vint dire au Prophète: "Ô Envoyé d'Allah ! Je remarque les signes du mécontentement sur le visage d'Abou Hodhayfa (mon époux) lorsque Salim entre dans notre maison. Le Prophète lui dit: "Allaite le" (pour qu'il soit un fils de lait, interdit au mariage). Elle lui répondit : "Et comment l'allaiterais-je alors qu'il est un adulte ?" Le Prophète sourit et dit : "Je sais bien que c'est un jeune homme"
A-t-il été allaité au sein ou par le biais d'un récipient ?
Réponse :
Bismillahi Ar-Rahmani Ar-Rahim
Voyons d'abord la traduction du hadith mentionné dans le Sahih de l'Imam Muslim et ailleurs :
D' après Aicha (qu'Allah l’agrée) Sahla bint Suhayl vint dire au Prophète :"Ô Envoyé d'Allah ! Je remarque les signes du mécontentement sur le visage d'Abou Hodhayfa (mon époux) lorsque Salim entre dans notre maison. Le Prophète lui dit: "Allaite le" (pour qu'il soit un fils de lait, interdit au mariage). Elle lui répondit : "Et comment l'allaiterais-je alors qu'il est un adulte ?" Le Prophète sourit et dit : "Je sais bien que c'est un jeune homme"
(Sahih Muslim, no: 1453)
Voici une autre version de ce hadith :
Sayyida Aicha (qu'Allah l’agrée) rapporte que Salim l'esclave-affranchi d'Abu Hudhayfa vivait avec lui et sa famille dans leur maison. Elle (la fille de Suhayl et l'épouse d'Abu Hudhayfa) vint auprès du Messager d'Allah () et dit : "Salim a atteint la puberté, il commence à comprendre ce que les hommes comprennent, il entre dans notre maison librement, et je pense qu'Abu Hudhayfa se sent gêné par cette situation." Le Messager d'Allah lui dit : "Allaite-le et tu lui seras interdite, et le sentiment d'aversion qu'il éprouve dans son cœur disparaîtra." Elle revint plus tard et dit :"Je l'ai allaité et ce qu'il y avait dans le coeur d'Abu Hudhayfa a disparu." (Sahih Muslim)
Avant d'arriver à une quelconque conclusion, nous devons d'abord comprendre le contexte de cet évènement. L'imam Abu al-Abbas al-Qurtubi déclare dans son commentaire du Sahih Muslim :
"Salim (dans ce hadith) est Salim ibn Ma’qal… Abu Hudhayfa l'a adopté au regard des coutumes des Arabes. Il (Salim) a été élevé par Abu Hudhayfa et sa femme comme leur propre fils. Lorsque le verset du Coran "Appelez-les (les enfants adoptifs) du nom de leurs pères" [sourate Al Ahzab - verset 5] a été révélé, les règles d'adoption des enfants furent abrogées (ainsi personne ne pouvait considérer son fils adoptif comme son propre fils). Cependant Salim continuait à résider et par-conséquent à entrer chez Sahla (la femme d'Abu Hudhayfa) comme lorsqu'il était enfant. Lorsqu'il pris de l'âge et et se rapprochait de la puberté, Abu Hudhayfa et Sahla n'appréciaient pas l'idée qu'il puisse entrer librement chez Sahla, mais ils trouvaient difficile de lui en parler étant donné qu'il avait vécu avec eux (et qu'il a été élevé par eux), alors ils ont consulté le Messager d'Allah à ce sujet. Le Messager d'Allah dit à Sahla : "Allaite-le et tu lui seras interdite, ainsi la gêne que ressent Abu Hudhayfa disparaitra." Par la suite elle l'a allaité et ceci arriva (i.e la gêne d'Abu Hudhayfa disparu)..." (al-Mufhim lima Ashkal min talkhis Kitab Muslim, 4/186, Editions Dar Ibn Kathir).
Ceci illustre clairement le fait que Salim a été adopté par Abu Hudhayfa et son épouse Sahla. il a vécu et a été élevé par eux depuis l'enfance. Comme l'Islam ne reconnait pas l'adoption légale et que l'enfant adopté n'est pas considéré comme le véritable enfant, dès que ce dernier atteint la puberté, les règles du Hijab s'appliquent. A la suite de celà, il devint difficile pour Salim de vivre avec avec sa mère adoptive du fait de cette règle, ainsi le Messager d'Allah () conseilla à Sahla de faire boire à Salim son lait et ce afin que les règles du Hijab soient soulevées.
Il est rapporté dans le Tabaqat d'Ibn Sa'd et dans d'autres ouvrages que Sahla versait son lait dans un récipient chaque jour durant cinq jours et Salim en buvait. il n'a pas bu directement du sein de Sahla, car il n'est pas permis d'exposer sa 'awra devant un adulte non-Mahram encore moins de l'allaiter. Les objections soulevées par certains non-musulmans désignant comme étant acte immoral car il (Salim) avait atteint la puberté, n'ont donc aucune importance puisque Sahla ne l'a pas allaité de manière directe. L'Imam Ibn Hajar al-Asqalani a également mentionné celà dans son al-Isaba fi tamiz al-Sahaba (Voir : Tabaqat Ibn Sa’d, 8/271 & al-Isaba, 4/337).
Ceci nous amène à répondre à une autre question, à savoir s'il est permis à un adulte de boire du lait maternel ? et dans le cas échéant quelles en seraient les conséquences ?
C'est un fait reconnu au sein de la majorité des fuqaha (juristes musulmans) que l'allaitement n'est pas permis après deux (ou 2 ans 1/2 ) ans, et que celui-ci n'affecte en rien les règles du Hijab et du mariage. Le Messager d'Allah a clairement mentionné celà dans un hadith : "L'allaitement est valable seulement s'il a eu lieu durant la période d'allaitement." (Sahih al-Bukhari, no. 2504 & Sahih Muslim, no. 1455). Le Messager d'Allah () a également dit :"L'allaitement maternel (radha'a) n'interdit pas (i.e le mariage) sauf s'il pénètre les intestins (càd s'il sert de nourriture pour l'enfant) et provient des seins, et il précède le sevrage." (Rapporté par l'Imam al-Tirmidhi dans son sunan, no. 1152).
Du fait de ces narrations, les quatre écoles Sunnites s'accordent sur le fait que l'allaitement aura des conséquences (i.e rendra effectives les règles du mariage et du Hijab) s'il a lieu durant la période désignée pour, et qu'a contrario il n'en aura pas s'il a lieu en dehors de cette période.
Ainsi, les savants déclarent que la permission accordée par le Messager d'Allah à Sahla de donner son lait à Salim, fut une dérogation spéciale et un cas isolé, et qu'il ne peut être généralisé. L'Imam Abu al-Abbas al-Qurtubi a dit que toutes les épouses du Prophete à l'exception de Aicha (Qu'Allah l'agréé) considéraient ce cas comme un cas exceptionnel, et c'est le point de vue de la majorité des savants du Salaf et du Khalaf. Ils considéraient le hadith comme spécifique à Salim et Sahla, et sont de l'avis qu'il n'est pas permis à un adulte de boire du lait maternel. Si un adulte en a bu, celà n'aura aucune conséquences par rapport aux règles du mariage et du Hijab. (Voir: al-Mufhim, 4/186-187 & I’la al-Sunan, 11/119)

De plus, Umm Salama (Qu'Allah l'agréé) l'épouse du Messager d'Allah disait :" toutes les épouses du Prophète rejette l'idée que quelqu'un puisse venir chez elles (sans observer les régles du Hijab) grâce à ce genre d'allaitement (i.e de l'adulte), donc elles ont dit à Aicha (Qu'Allah l'agréé) :"Par Allah, nous ne considérons cela que comme une dérogation accordée exclusivement à Salim par le Messager d'Allah . Personne n'a le droit d'entrer (dans nos maisons) en recourant à cet allaitement et nous n'adhérons pas à ce point de vue." (Sahih Muslim, no: 1454)
En conclusion, il n'est pas permis à un adulte de boire intentionnellement du lait maternel, cela n'a aucune conséquence ni sur les règles du Hijab ni sur celles du mariage. Le compagnon Salim a reçu une dérogation spéciale de la part du Messager d'Allah l'autorisant à boire le lait de Sahla, l'épouse d'Abu Hudhayfa, cela étant du aux circonstances exceptionnelles entourant leur cas. Cependant Salim n'a pas bu ce lait directement du sein de Sahla, mais plutôt par l'intermédiaire d'un récipient dans lequel elle versait ce lait qu'il buvait.
Et Allah est plus Savant.   Muhammad ibn Adam  Darul Iftaa  Leicester , UK

Vos commentaires ?    

Haut de page

Laissez-nous conduire ou nous donnons le sein à tous les chauffeurs étrangers !”

24.06.2010 | Gulf News  dans Courrier International

Des femmes saoudiennes veulent utiliser une fatwa controversée à leur avantage et lancent une campagne pour enfin obtenir le droit de conduire dans le royaume conservateur. Si elles n’obtiennent pas satisfaction, elles menacent d’appliquer à la lettre l’édit religieux les autorisant à donner le sein aux hommes qui les conduisent pour en faire l’équivalent de leurs fils. Leur campagne aura pour slogan : “Laissez-nous conduire ou nous donnons le sein à tous les chauffeurs étrangers”, rapporte un journaliste à Gulf News.

Amal Zahid explique que les femmes ont pris cette décision à la suite de la publication de la fatwa controversée, jugée à la fois étrange et drôle, qui a été édictée récemment par Cheikh Abdul Mohsen Bin Nasser Al-Obeikan, membre du Conseil des grands oulémas d’Arabie Saoudite et conseiller du roi. D’après Al-Obeikan, les femmes saoudiennes ont le droit de donner le sein à leurs conducteurs étrangers afin d’en faire l’équivalent de leurs propres fils et frères de leurs filles.

En devenant ainsi membres de la famille, les étrangers peuvent se mêler librement au reste du foyer sans violer la loi islamique interdisant aux hommes et aux femmes de frayer ensemble. Dans l’islam, la relation entre frères et sœurs de lait est jugée aussi importante que la fratrie de sang. “Une femme peut donner le sein à un homme adulte afin d’en faire son fils. De cette manière, celui-ci pourra la fréquenter, elle et ses filles, sans enfreindre la loi islamique”, a déclaré Al-Obeikan.

Le religieux a fondé sa fatwa sur un hadith du Prophète, rapporté par Salim, serviteur d’Abu Huzaifa. Par la suite, Al-Obeikan a expliqué que sa parole avait été déformée par les médias locaux, qui n’avaient pas précisé que le lait devait être tiré de la femme et donné à l’homme dans une tasse.

Plusieurs femmes saoudiennes ont condamné cette fatwa. Le quotidien arabe Al-Watan cite l’une d’elles, qualifiant cette loi de “ridicule et bizarre”. “Cette fatwa crée la polémique chez les femmes. Est-ce vraiment tout ce qui nous reste à faire : donner le sein à des étrangers ?” poursuit-elle. “La religion islamique me laisserait donner le sein à un étranger mais je n’aurais pas le droit de conduire ma propre voiture ?” s’interroge une autre femme saoudienne, sous couvert d’anonymat. “Je n’ai pas donné le sein à mes propres enfants, comment pourrais-je le faire avec un étranger ? C’est n’importe quoi !” s’insurge-t-elle.

D’après une autre femme, la fatwa devrait également s’appliquer aux maris, qui devraient alors téter le sein de leurs employées de maison. “Comme ça, ils deviendraient frères et sœurs”, explique-t-elle.

Hamid Al-Ali, journaliste pour un magazine en ligne, se souvient d’un chauffeur égyptien qui s’était amouraché de l’institutrice qu’il emmenait à l’école. Il lui avait demandé de lui donner le sein et, quand celle-ci avait refusé tout net, il avait répondu : “Je veux devenir votre fils.”

“Les femmes doivent-elles donner le sein à leur chauffeur en présence du mari ou peuvent-elles faire cela en privé?” avait demandé avec ironie Suzan Mashhadi, écrivain d’origine saoudienne, à Al-Obeikan. “Qui protégera la femme si le mari rentre chez lui et trouve inopinément sa femme en train de donner le sein à un étranger ?”

Vos commentaires ?    

Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Avant de se lancer

Préliminaires... 

Qu'est-ce que l'amour 

Sexe et Net

Plein de trucs pour draguer

L'art de séduire

Sociologie du dragueur

  Midinettes et autres ravissantes

  Rudy Hickerson 

Qu'est-ce qu'il/elle lui trouve?

Le coup de foudre  

Draguer écolo

La Carte du Tendre 

Comment arriver vierge? 

Niafou et autre mauvais coup 

Le Courrier du coeur

2. La Vie de Couple

Qui porte la culotte ?

La recherche du point G 

Le Dr Aga sauve votre couple 

Quelques vues de la vie... 

Charmoz et Bosc 

Piège conjugal 

Fête des Mères 

Le mariage de Socrate

Scènes      "Chéri..."

Dans la chambre à coucher

Une femme exemplaire

Vu par Barnes

Jalousies 

"Docteur Love"

Un peu d'histoire : 1950-2013

22 Le couple etc.

Les parents !!! 

Les enfants

3. Tout a une fin!

Comment en finir ? 

Et avec l'âge

Quand le temps passe

Fins Insolites

Colette: Début et fin

4. Un peu de Psycho

Psychologies comparées

Et envisagent la vie...

Les femmes rendent-elles 

les hommes stupides ?

L'avantage  H / F

Et, au quotidien...

5. Mœurs exotiques

Sexe et Net 

Les seins et  l'allaitement  

Le corps (de la femme) 

 A la plage

Bad Sex et autres... 

Burqa ou burqa pas ?

Sous vêtements F  / H

Combien et quand ?

Lois farfelues   

Chez le gynécologue

Et le coiffeur

L'amour au travail

Le Vin et le Sexe

Problèmes logiciels

En Chine ...  

Tous à/au Poil !

Poulets, calamars, tortues.. 

La sexualité au Moyen-Age

Un peu d'histoire : 1950-2013

6. Quelques textes choisis

Quelques poèmes

Bonnes pages 

Brassens, Chabrol, Barnes, 

Lodge et les autres...  

Colette: Début et fin

Citations sur l'homme  

Correspondances codées

Sites amis

Forum - Commentaires

Les bases de la séduction

Mariage virtuel

 Fun Fou com

marieclaire.fr/

Nos Partenaires