Amour – Humour.com

  depuis Sept. 2011      

Recherche personnalisée
Avant de se lancer La Vie de Couple Parents et Enfants  Tout a une fin Un peu de Psycho Mœurs exotiques Quelques textes
 

Plan du site

Vos commentaires

Accueil  

Qu'est-ce que l'amour 

Le coup de foudre  

Plein de trucs pour draguer L'art de séduire

Sexe sans frontière

Qui porte la culotte ? 

Lire avec un vibromasseur

Comment en finir ?  

Sous vêtements F  /H 

Le corps et ses parties

Bad Sex et autres...

La sociologie du dragueur Midinettes et autres ravissantes

Psychologies comparées

Quelques vues de la vie... 

Mœurs exotiques 

Burqa ou burqa pas ?

Jalousies 

Les conflits

Quand le temps passe

Les seins et  l'allaitement

A la plage  

Bonnes pages 

La sexualité au Moyen-Age

Un peu d'histoire : 1950-2013

Tous à/au Poil !

Chez le gynécologue

Citations et Blagues

Tous les autres sujets 

en bas de page

Écrivez-moi

Le Forum

Sites amis

Mariage et Religion 

Atelier d'écriture

 Bien choisir son portable 

Tout pas cher

Liens/Nos partenaires

compteur :

Google Analytic

Amour-Humour


 

 

 

Nèfles ou clémentines ?

et autres divagations de Julian Barnes, Stephen Clarke etc. 

 

La femme-conscience

Les hommes sont comme la nèfle

Les femmes sont des clémentines

Elle avait appris à se taire 

Voir aussi : 

La nouvelle carte du tendre 

La sexualité au Moyen-Age

Gregor Baković - Oliver Russel
Barbara Cerar - Gillian

Dans "Talking It Over"

 

De Julian BARNES 

Dans  "dix ans après", suite de "Love, etc"

Oliver et Stuart sont amoureux de la même femme, Gillian qui, d'abord mariée avec Stuart, le quitte pour vivre avec Oliver...

 

Oliver: Ah! comme la voix de la conscience ressemble, dans sa cadence et son expression, à celle de Gillian... 
Est-ce là ce que font les hommes? Il existe de nombreuses théories quant à la question de savoir ce que les hommes épousent en réalité - leur destinée sexuelle, leur mère, leur Double, leur Sosie, l'argent de leur femme -, mais quid de l'idée que ce qu'ils cherchent en fait, c'est leur conscience? Dieu  sait si la plupart d'entre eux sont incapables de la trouver là où on la situe traditionnellement, quelque part entre le cœur et la rate, alors pourquoi ne pas l'acquérir comme un accessoire, comme un toit de voiture teinté ou un volant à rayons métalliques? 
Ou bien se pourrait-il que ce n'est pas ce que les hommes cherchent réellement, mais ce en quoi le mariage transforme nécessairement les femmes?
Voilà qui serait plus banal, non? Sans parler de ce que cela aurait de plus tragique.

Vos commentaires

 

Et plus loin : "nous sommes comme la nèfle"...

     

 

      Vos commentaires

Les femmes sont des clémentines  

Coucher avec quelqu'un pour la première fois, c'est comme manger une clémentine. Et non, il ne s'agit pas de cracher les pépins. Lorsque vous prenez l'un de ces fruits dans la main, vous ne savez jamais à quoi vous attendre. Parfois, l'écorce est parfaitement tendue, promesse d'une chair ferme et sucrée qui se révélera pourtant sèche comme la trique. Et parfois un zeste flétri et boursouflé qui laissait attendre des quartiers pourrissants recèle une petite merveille... C'est l'inconnu, chaque fois. Les clémentines sont beaucoup plus difficiles à calculer que les pommes ou les bananes.   

Il y a certes une différence notable entre déshabiller une fille et peler une clémentine, c'est que cette dernière ne parlera jamais au cours de l'opération. Et c'est également l'une des multiples raisons pour lesquelles décortiquer une nana française est toujours pour moi une activité passionnante. Parce que depuis le moment où vous glissez un doigt dans l'élastique de sa culotte jusqu'à celui où vous vous retrouvez tous les deux hors d'haleine, côte à côte dans un lit, vous n'avez cessé d'entendre des tas de locutions et d'exclamations exotiques. Et je suis sûr qu'il y a aussi de quoi dépayser une Française qui décide de coucher avec un Anglais car, lorsque l'extase est proche, combien de ses compatriotes sont du genre à éructer: «Yahoo! », ou : «Happy Christmas! », ou : « Goal! »? Inutile de dire que je ne me laisse jamais aller à ce genre de transports, pour ma part... 

... ... 

Afin de combattre ma nervosité, j'ai croqué une pomme. Non sans l'avoir préalablement pelée et coupée en tranches, ce qui ne me serait pas venu à l'idée avant de vivre en France. Ici, les gens épluchent tout, jusqu'aux brugnons, ce qui les laisse couverts de jus jusqu'aux coudes. En massa- crant ma pomme, donc, je me suis dit que j'aurais préféré de loin peler une clémentine. Mais les semaines passées avaient été singulièrement dé- pourvues de ce fruit délectable, à une juteuse exception près. Et ce n'était pas plus mal, car les clémentines ont une fâcheuse tendanœ à vous prendre la tête, si vous les laissez faire. 

Dans "God save les Françaises" de Stephen Clarke, ed. Pocket, p. 239 et s.    

Vos commentaires

 

De Julian BARNES, dans England-England" :    

...En tout cas elle attendait. Elle avait appris à se taire. Elle avait appris dans sa jeunesse - plus en vertu d'une osmose sociale qu'instruite par telle ou telle personne - que cela faisait partie du rôle d'une femme d'amener les hommes à s'exprimer, de les mettre à leur aise; alors ils vous racontaient des choses passionnantes, vous parlaient du monde, vous confiaient leurs pensées les plus intimes, et finalement vous épousaient. Elle avait su, avant d'atteindre ses trente ans, que c'était là un conseil désastreux. Le plus souvent, cela revenait à donner à un homme la permission de vous faire périr d'ennui; et l'idée qu'il vous confierait ses pensées les plus intimes était naïve. Beaucoup n'avaient que des pensées superficielles de toute façon.

Vos commentaires

Ce dernier texte est à rapprocher de celui-ci (de "élire").

Cours de communication sentimentale

La nouvelle carte du tendre.  
Après un semestre dédié à la psychologie féminine, nous consacrerons donc deux heures, ce vendredi, à la psychologie masculine. Visiblement,  le vendredi après midi doit être consacré à l’entraînement de foot, car je ne vois dans l’amphi qu’un seul représentant du sexe fort.
    En préambule, Mesdemoiselles, il convient de bien centrer notre propos, et d'abord de nous débarrasser de quelques idées reçues.
    Il s'agit bien ici de séduire, principe essentiel de la communication.
    Vous oublierez les leçons de vos mères qui vous répètent qu'on retient un homme par ses talents ménagers et culinaires, ainsi que la démonstration d'une vertu sans faille.
    Vous oublierez aussi les coutumes elliptiques de votre génération, et le simpliste "chez toi ou chez moi ?", du moins si vous êtes adepte du développement durable. Je vous rappelle que le cours de gymnastique est à l'étage en dessous.
    Première règle : Admirativement vous l'écouterez.
    Entendons nous bien : point n'est besoin de l'écouter VRAIMENT.
    Il suffit, après avoir vérifié discrètement que l'éclairage ne met pas en relief les imperfections de votre teint, de tourner vers lui des yeux légèrement écarquillés.
    Je sais, c'est un peu fatigant, mais avec un peu de pratique vous parviendrez à  mettre à profit cette situation pour planifier intérieurement votre journée, ou faire la liste de vos courses pour Noël.
    Il convient néanmoins, en suivant le rythme du propos  de votre partenaire, de le ponctuer par de sobres onomatopées : ah, oh, que vous ferez suivre de points de suspension rêveurs, de préférence aux points d'exclamation, un tantinet trop énergiques, et aux points d'interrogation qui risqueraient  de prolonger inutilement le discours.
    Lorsque vous estimerez être suffisamment au fait de la pensée socratique, de l'épuisement des nappes phréatiques, ou de sa course Douarnenez –Arcachon en 95, rien ne vous empêche de proposer une bière. (Il vous suffira de sauter le repas du soir pour rétablir votre total de calories.)
    Cet entracte a pour but de recentrer le sujet sur ce qui importe vraiment, c'est-à-dire VOUS-MEME.
    Inutile, bien sûr, d'ouvrir votre jardin secret ; il est probable qu'à ce stade l'homme n'en n'a rien à faire.
    Non plus qu'aux stades suivants, d'ailleurs.
    C'est le moment de lui montrer quelle petite chose vous êtes. (Bien entendu, vous aurez préalablement poussé vos haltères sous le canapé). Il vous faudra rapidement trouver quelle chose lourde, haute, ou coincée nécessite un déplacement urgent.
    Voilà , Mesdemoiselles, des méthodes classiques, mais qui ont fait leurs preuves.
    Mademoiselle Scudéry, je vois à vos yeux écarquillés que vous êtes particulièrement intéressée par la psychologie de la communication. Si vous souhaitez quelques précisions, nous pouvons passer dans mon bureau… "

Voir aussi sur ce site, la carte du tendre,  

 

Vos commentaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Avant de se lancer

Préliminaires... 

Qu'est-ce que l'amour 

Sexe et Net

Plein de trucs pour draguer

L'art de séduire

Sociologie du dragueur

  Midinettes et autres ravissantes

  Rudy Hickerson 

Qu'est-ce qu'il/elle lui trouve?

Le coup de foudre  

Draguer écolo

La Carte du Tendre 

Comment arriver vierge? 

Niafou et autre mauvais coup 

Le Courrier du coeur

2. La Vie de Couple

Qui porte la culotte ?

La recherche du point G 

Le Dr Aga sauve votre couple 

Quelques vues de la vie... 

Charmoz et Bosc 

Piège conjugal 

Fête des Mères 

Le mariage de Socrate

Scènes      "Chéri..."

Dans la chambre à coucher

Une femme exemplaire

Vu par Barnes

Jalousies 

"Docteur Love"

Un peu d'histoire : 1950-2013

22 Le couple etc.

Les parents !!! 

Les enfants

3. Tout a une fin!

Comment en finir ? 

Et avec l'âge

Quand le temps passe

Fins Insolites

Colette: Début et fin

4. Un peu de Psycho

Psychologies comparées

Et envisagent la vie...

Les femmes rendent-elles 

les hommes stupides ?

L'avantage  H / F

Et, au quotidien...

5. Mœurs exotiques

Sexe et Net 

Les seins et  l'allaitement  

Le corps (de la femme) 

 A la plage

Bad Sex et autres... 

Burqa ou burqa pas ?

Sous vêtements F  / H

Combien et quand ?

Lois farfelues   

Chez le gynécologue

Et le coiffeur

L'amour au travail

Le Vin et le Sexe

Problèmes logiciels

En Chine ...  

Tous à/au Poil !

Poulets, calamars, tortues.. 

La sexualité au Moyen-Age

Un peu d'histoire : 1950-2013

6. Quelques textes choisis

Quelques poèmes

Bonnes pages 

Brassens, Chabrol, Barnes, 

Lodge et les autres...  

Colette: Début et fin

Citations sur l'homme  

Correspondances codées

Sites amis

Forum - Commentaires

Les bases de la séduction

Mariage virtuel

 Fun Fou com

marieclaire.fr/

Nos Partenaires